Fédération de l'Allier
Fédération de l'Allier

Entretien avec Bernard DEVOUCOUX sur la réforme de la PAC

Le par

Bernard DEVOUCOUX, éleveur de bovins, d’ovins et de volailles bio à Brout-Vernet et secrétaire fédéral en charge des projets locaux, répond à nos questions sur la réforme de la Politique agricole commune (PAC).

Atelier consacrée à la politique agricole en France et en Europe lors de l'Université d'été de Serbannes (septembre 2014)

Atelier consacrée à la politique agricole en France et en Europe lors de l’Université d’été de Serbannes (septembre 2014)

Peux-tu nous indiquer quels sont les grands axes de la réforme de la Politique agricole commune (PAC) pour 2014-2020 ?

 –

La PAC vient une fois de plus d’être reformée mais elle est aussi confirmée comme une des principales politiques communes de l’Union européenne : elle continue à représenter environ 40% du budget de l’Union européenne et le caractère stratégique de l’autonomie alimentaire a été réaffirmé. La nouvelle PAC devra être plus en phase avec les marchés et plus respectueuse de l’environnement.

La PAC de 1992 avait été très favorable a l’intensification céréalière, celle de 2014 verra un rééquilibrage des aides entre céréale et élevage. Elle sera aussi plus écologique en prenant en compte les surfaces d’ intérêt écologique comme les haies, les mares, les jachères…

 –

Quelle est l’enveloppe pour la France ?

 –

Malgré un budget global en baisse et l’arrivée de nouveaux pays, les retours agricoles pour la France sont préservés sur la période 2014-2020 avec 9,1 milliards d’euros par an, soit 64 milliards pour les 7 ans à venir pour les agriculteurs français.

 –

Stéphane Le Foll a beaucoup pesé pour rééquilibrer la PAC. Quelles sont les grandes mesures pour soutenir l’emploi, notamment dans les petites et moyennes exploitations, et l’installation des jeunes agriculteurs ?

 –

Pour la France, Stéphane LE FOLL a fait des choix : les aides à l’hectare seront majorées pour les 52 premiers hectares puis dégressives, ceci pour décourager l’agrandissement systématique et encourager l’ emploi en agriculture, de même les aides seront majorées sur les 34 premiers hectares pour les jeunes agriculteurs.

Les régions auront leur rôle a jouer avec une partie des aides européennes a gérer en fonction de leurs priorités, comme les mesures agro-environnementales climatiques ou l’aide à l’ agriculture biologique.

 –

Quels impacts de la réforme de la PAC pour notre département et notre région ?

 –

Pour l’Allier, le budget est stable mais le rééquilibrage des aides devrait être favorable aux petites exploitations d’élevages et aux fermes du bocage avec les aides environnementales. En Auvergne, le montant des aides devrait être en hausse dans les zones laitières de montagne en particulier

L’abandon des aides à l’engraissement est dommageable pour l’ Allier, alors que l’Italie diminue ses achats de broutards. Nous devons encourager l’engraissement des bovins source d’emploi dans l’agriculture et les industries de la viandes très présentes dans notre département. Je suis également très inquiet de la disparition progressive des prairies naturelles dans les zones de plaine de la Loire et de l’Allier, alors qu’elles sont des réservoirs de biodiversité dans les zones de cultures.

 –

En conclusion, l’Europe réaffirme sa vocation agricole en encourageant des pratiques plus écologiques toute en restant compétitives sur les marchés mondiaux et le gouvernement français donnent plus de moyens au Régions pour affirmer leurs priorités et lui affirme les siennes dans la loi d’ avenir qui vient être votée : la justice sociale, l’emploi et l’agroécologie.

Sur le même thème, lire aussi :

Pour visualiser la carte des bureaux de vote de la Primaire dans l'Allier, il suffit de cliquer dessus :
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :