Fédération de l'Allier
Fédération de l'Allier

ETATS GENERAUX – contribution des adhérents de la circonscription de Vichy

Le par

« ETAT SOCIAL & SERVICE PUBLIC »

Ce thème ne peut être abordé sans se poser au préalable la question de la possibilité – ou non – de réformer en France. Comment, en effet, arriver à mener une politique en composant avec la pression des lobbies (manif pour tous) & les corporatismes (grève des pilotes d’Air France, des routiers, des professions libérales…).

Toute bataille doit d’abord être culturelle : les idées en elles mêmes doivent primer sur leur gestion.

D’où une nécessité absolue de réaffirmer très clairement ce qui a suscité l’adhésion de nos concitoyens au PS, à savoir, une volonté de transformer la société et la vie des gens ; le progrès social. Il faut reprendre la bataille socialiste sur les idées.

Il faut travailler sur l’identité : de quoi est constitué le socle commun où les citoyens doivent se retrouver ? Quels sont ces « éléments » qui créent & font marcher la société ? Notre devise : liberté, égalité, fraternité semble en être la base, mais jusqu’à quand ? L’égalité, par exemple, doit faire face au libéralisme & aux individualismes.

Nous devons également redéfinir le périmètre de la sphère publique & celui de la sphère privée. Il faut se poser la question, courageusement, de ce qui doit être public ou pas (l’eau, la SNCF ?) . Si les principes & les ambitions de ce que l’on veut faire du service public ne sont pas clairement définis, on s’expose à des blocages.

La gestion ne doit être étudiée que dans un deuxième temps, et pourquoi pas confiée à des sociétés privées (avec une règle de révision du dit contrat !). L’objectif d’un service public est il d’être financièrement rentable ? Nous sommes favorables à une société du bien être & il est donc normal que cela rentre dans un coût social. Pourquoi ne pas faire d’internet un service public ?

En ce qui concerne la politique familiale, les avis dans la salle sont plus partagés sur le thème des allocations familiales :

–          D’un côté, ceux qui pensent que la prise en compte du coup d’un enfant par la société doit être semblable, quel que soit le milieu social dont il est issu

–          D’un autre côté, ceux qui pensent que les mêmes sommes peuvent être dépensées, mais différemment, en donnant davantage à ceux qui en ont le plus besoin & en étant donc favorables aux allocations familiales sous conditions de ressource.

Le problème qui se pose est celui de ménages qui cotisent en ayant peu en retour & à contrario le fait que certains ménages bénéficient d’aides sans contribuer ? La modulation des allocations est nécessaire. Chacun doit participer (même faiblement), à l’effort collectif de la société, de la nation.

C’est par l’impôt progressif & non par les allocations que doit se faire la redistribution. Les services publics ne peuvent être sauvés qu’en faisant payer des impôts à tous, mais très modulés. Un prélèvement à la source de l’impôt fait par ailleurs l’unanimité parmi les camarades qui estiment que cela réduirait les tentations de fraude.

La question fiscale doit faire l’objet d’une vraie réforme au lieu d’agir par « petits bouts ».

Les gens sont désorientés, d’où un délitement de l’équation entre le citoyen & la nation.

Les gens sont sensibles aux discours, au récit : que fait-on & pourquoi le fait-on ? Il y a urgence, de la part du politique, à « parler vrai » aux citoyens : expliquer comment fonctionne & comment se calcule l’impôt sur le revenu par exemple. Il faut expliquer que boucher les déficits est impossible.

Comme dit précédemment, il ne faut pas oublier nos grands principes, comme la laïcité, & arrêter de ne raisonner qu’en termes économiques.

Nous défendons l’idée d’un grand service public laïque, et l’on doit pouvoir en parler librement. L’argent public doit aller vers les écoles publiques seulement. Si les parents font le choix de l’école privée pour leurs enfants, ils savent qu’ils s’exposent à des frais & ils doivent les assumer. Dans le même sens, une abrogation de la loi Carle 2009 serait la bienvenue. La religion doit rester dans le domaine privé.

Il en va de même pour l’hôpital. Un réel doute est évoqué sur les supposées économies réalisées par la sécurité sociale grâce à l’utilisation des génériques, puisque des primes sont accordées à la fois aux médecins & pharmaciens qui les prescrivent.

Enfin, le thème de la représentativité est évoqué : il faut des parlementaires plus jeunes, issus de milieux sociaux plus représentatifs de la population. Il faut permettre à des gens issus de la société civile, qui ont les compétences & sont opérationnels, de pouvoir siéger. Il faut, en outre, modifier le statut de l’élu.

 

Sur le même thème, lire aussi :

Dans le cadre du Congrès du Parti Socialiste, les militants de la Fédération de l’Allier se sont exprimés le 21 et 28 mai  sur les motions et le Premier secrétaire
Le par
« Monsieur le Ministre, je vous en prie, sapere aude , osez étudier la réforme en détail » Monsieur le Ministre, Vous avez pris la plume, enrôlant au
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :