Fédération de l'Allier
Fédération de l'Allier

Europe – Les militants prennent la parole

Le par

A l’occasion des prochaines élections européennes, quatre militants nous ont confié leur vision de l’Europe.

« Le 25 mai prochain, j’irai voter. J’irai voter comme toujours, parce que c’est mon premier devoir de citoyenne et que, pour moi, la question d’aller ou de ne pas aller voter ne se pose même pas. Mais je n’irai pas voter simplement parce que c’est une évidence. J’irai voter parce que je crois en l’Europe.

L’Europe, c’est comme le vote, une évidence. Je suis née avec et je ne peux pas imaginer qu’elle ne soit plus. Certaines de ses décisions sont contestées : les fameux 3%, l’Euro fort, le plombier polonais… Mais que dire de ces réalisations-là après à peine 60 ans d’existence ? La paix en Europe, l’effort de démocratie, des mécanismes de protection des droits et libertés fondamentaux, la libre circulation des personnes… Je me sens française et européenne.

Le 25 mai prochain j’irai voter pour choisir des représentants au Parlement européen qui croient à une Europe plus juste, plus sociale, plus fraternelle. Nous avons le droit de choisir quelle Europe nous voulons, alors choisissons. »

 

Marie LE FRANC

Section d’Yzeure

 –

« L’Europe est en marche depuis 1952 avec la Communauté européenne du charbon et de l’acier qui était destinée à la reconstruction après les désastres provoqués par la guerre. Depuis cette époque, un long chemin a été parcouru, marqué par l’entrée progressive de nombreux États-Membres. A petits pas pour commencer, et à pas de géants au cours des dernières années. Nous sommes entrés dans la mondialisation sans trop se soucier par avance de ce que serait notre Constitution européenne, sans politique monétaire, fiscale, salariale, administrative, voire idéologique commune.

Le Congrès des États-Unis compte 535 membres (100 Sénateurs et 435 Représentants). Le fonctionnement de l’Union européenne est plus complexe. Il faut ajouter aux 751 députés européens les représentants des États (Conseil Européen, Conseil de l’Union) et les membres des autres instances (Commission européenne, BCE, Cour de justice…). Comment dans de telles conditions pouvons-nous évoluer efficacement ?

Bien sûr, nous serons fiers de nos représentants régionaux au Parlement, mais cependant exigeons de leur part la transparence et surtout la communication dont ils sont redevables en échange de nos votes. »

Patrice CAILLOT

Section de Montluçon

 

 –

« J’attends de l’Europe qu’elle contribue à l’amélioration des conditions de travail et que, par conséquent, la priorité soit donnée au volet social, en fixant un cadre de convergences progressives vers le haut : salaire minimum, protection sociale, durée légale du travail par exemple. La concurrence déloyale des travailleurs détachés doit cesser, par une obligation de respecter les lois et conventions collectives du pays où s’effectue le travail.

Sur le plan fiscal, il faut imposer une taxation des transactions financières et accentuer la lutte contre les paradis fiscaux.

J’attends de l’Europe qu’elle contribue à l’amélioration des conditions de vie en étant plus équitable et solidaire entre les peuples ou entre les territoires (dans l’attribution de ses fonds, dans l’égalité homme-femmes), plus démocratique (renforcer les pouvoirs du Parlement) et davantage tournée vers l’écologie (développer des infrastructures transeuropéennes d’énergie propre, de transport et de communication).

Enfin, l’Europe ce sont aussi de beaux échanges ou mutualisations de savoirs et de cultures : Erasmus pour les étudiants, grands projets industriels (Airbus) ou de recherche scientifique. J’attends cela de l’Europe : faire que nous soyons plus forts ensemble. »

Garance ROUVET

Section de Bellerive-sur-Allier

 –

 « A bien des égards, la situation actuelle met en lumière le manque d’action politique de, et au sein de, l’Union européenne. L’échafaudage actuel est un édifice déshumanisé. Les acteurs financiers s’organisent très bien sans nous. Organisons-nous. Nous voulons plus d’Europe politique parce que c’est elle qui nous permettra de vivre mieux. Voter est un acte éminemment politique. Nous pouvons le faire le 25 mai prochain. A la lumière de l’histoire de l’humanité, et compte tenu du fait que l’histoire de notre construction européenne est très jeune, nous pouvons considérer que le travail ne fait quasiment que commencer. Alors ce n’est certainement pas le moment de baisser les bras. »


Philippe PAWLAK-COURDAVAULT

Section d’Avermes

 –

Sur le même thème, lire aussi :

Les Primaires citoyennes, qui  visent à désigner un candidat unique de la gauche et des écologistes pour l'élection présidentielle
Le par
[caption id="attachment_8444" align="alignleft" width="150"] Jean ZAY, Ministre du Front Populaire, assassiné par la Milice.[/caption] Nicolas BRIEN, Premier Secrétaire
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :